0





Malgré un tempo de haut niveau imprimé par les deux Pays, les deux attaques ne pouvaient se départager que par un détail, un fait de match comme une main dans la surface de réparation.

Dommage pour la RDC qui commençait à avoir du rythme dans les jambes et qui ne bénéficia pas de la même préparation que ses adversaires.

Comment pouvions nous obtenir la qualification avec le mauvais casting réalisé par Djalma Santos Muntubile Ndiela !!! durant tout ce Chan, la RDC a péché dans l'animation offensive. le Novice Makusu n'avait que son talent à mettre dans la balance. Cette Attaque Congolaise n'a pas livrée ne fusse que 5 matchs ensemble. Incroyable.


Un simple penalty pour une faute de main d’u défenseur congolais aura départagé les Ghanéens et le Congolais qui se sont donnés à fond dans une rencontre sans doute la plus rythmée depuis le début du CHAN 2014.

Pas de round d’observation. La partie a démarré beaucoup plus rapidement que les trois quarts de finale précédents. Ghanéens et Congolais ont décidé de tester la défense adverse. C’est le travail de Yahaya Mohammed chez les Black Stars, celui de Jean-Marc Makusu Mundele chez les Léopards. On sent beaucoup de détermination de part et d’autre. Les Ghanéens n’ont jamais digéré leur défaite lors de la finale de 2009 et les Congolais veulent confirmer ce qui, à l’époque, avait été considérée comme une demi-surprise. Et puis au bout, il y a le challenge d’aller défier le Nigeria et ses attaquants, auteurs de 12 buts depuis le début du tournoi.

On court beaucoup mais personne n’a encore trouvé la bonne distance. Le groupe congolais avec des joueurs d’expérience en défense, Joël Kimwaki et Jean Kasusula, semble plus mature, le ghanéen plus fougueux. Le ballon est tout le temps en mouvement mais les deux gardiens Adams et Kidiaba ne sont que peu sollicités. Sur un premier tir de Yahaya qui oblige le Conglais à une superbe détente, ou encore lorsque Theophilus Anobaah affole trois défenseurs congolais avant d’envoyer le ballon sur le petit filet. Un slalom qui aurait pu connaître un meilleur sort.

Dans les tribunes, à Mangaung, les supporters des deux équipes donnent de la voix. Ils apprécient le tempo de la rencontre mais la partie demeure un peu confuse. Les joueurs ont tendance à aller trop vite et à ne pas construire. Un bon centre de Mbidi pour Firmin Mubele est dévié de justesse par Adams (39e).

A la mi-temps, on n’est pas plus avancé qu’au début de la rencontre. Il y a eu beaucoup de bonne volonté mais le jeu manque d’idée force. Le mouvement ne fait pas la qualité d’une rencontre, l’enthousiasme non plus. Il y a eu beaucoup de déchet d’un côté comme de l’autre.

La deuxième période démarre sur le même rythme. Santos demande à ses hommes de poser leur jeu d’assurer les passes, de servir le joueur le mieux placé sans joueur trop long. Une première occasion pour Mukasu qui écrase son tir. La seconde suivante c’est Yahaya qui se retrouve dans la zone congolaise pour un résultat identique. Les chants d’encouragement redoublent indistinctement pour les Bleus et les Blancs dans les tribunes.

Il faut attendre la 66e minute pour assister au premier but de la rencontre. Sur une montée des Ghanéens, Kimwaki met la main dans sa surface sur un centre de Jordan Opoku. C’est le penalty que transforme Kwabena Adusei. Il reste environ vingt minutes aux Léopards pour revenir dans la course à la demi-finale. Sur cette frappe de Kasusula, par exemple; le ballon passe au-dessus (75e). Ou encore cette tentative d’Eddy Ngoyi Emomo (81e), Adams se couche sur le ballon. Mukasu voit sa reprise contrée par deux défenseurs (83e). Les Congolais font le forcing avec l’énergie du désespoir.

Et c’est au tour de Luvumbu de solliciter Adams qui détourne en corner (89e). Il reste encore six minutes de temps additionnel pour obtenir le droit aux prolongations. Trop tard. L’arbitre siffle la fin du match sur le score d’1 à 0 en faveur des Black Stars au terme d’un face à face ébouriffant, disputé sur un rythme endiablé.

En demi- finale le Ghana sera opposé au Nigeria le mercredi 29 janvier au Free State Stadium de Mangaung après Zimbabwe – Libye.

Réactions après match sur rfi.fr

Muntubile Santos, sélectionneur de la RD Congo :
« On a perdu le match alors qu’on a eu pas mal d’occasions de but. On n’a pas su concrétiser tout ça. On aurait dû avoir des penalties, mais l’arbitre ne les a pas sifflés. C’est la loi du football ; le patron, c’est l’arbitre. On n’y peut rien, nous on technicien. Les joueurs ont fait l’essentiel. Mais dommage qu’on soit éliminés en quarts de finale. […] C’est vrai qu’il manquait un peu d’efficacité dans la finition. Il y a aussi la chance. Et, là, il faut le dire : on n’a pas eu de chance. […] Je pense que ce CHAN a été super bien. On était bien et il n’y a pas eu de problèmes du côté footballistique. Je suis content pour ms gars parce qu’ils ont bien joué durant ce CHAN 2014. »



Alfred Nelson, défenseur du Ghana :
« On voulait marquer deux buts. Parce qu’avec deux buts, on aurait été ok. Comme ça, s’ils avaient réduit le score, on aurait encore eu un but d’avance. Mais on a eu un penalty et on l’a marqué. Et on a réussi à défendre ce but… Ce match était une revanche pour nous. En ce qui concernant la tactique, leur organisation n’était pas aussi efficace que celle des Ethiopiens et des Libyens. Donc, on savait qu’ils n’allaient pas jouer haut. Mais ils nous ont surpris, ils formaient vraiment un mur. Nous sommes très positifs, nous prenons les matches comme ils viennent. Nous allons revenir sur ce match, analyser nos erreurs, et j’espère les corriger pour être prêt face au Nigeria. »

Publier un commentaire

 
Top