0


Les lacunes offensives Congolaise manifestes observées face à la Mauritanie, auront encore des beaux jours tant que le staff technique s'obstinera à maintenir le prodige Makusu Mumbele meilleur buteur du championnat de Kinshasa, sur le banc de touche.
Un but matinal inscrit par des valéreux Gabonais aura suffit à fermer la gueule des léopards pourtant affamés.

Un derby, c’est généralement la promesse de tension voire d’animosité, d’âpres batailles dans la conquête du ballon. Rien de tout cela lors de la rencontre qui opposait à Polokwane le Gabon et la RD Congo, vainqueur, on s’en souvient, de la première édition du CHAN dont certains acteurs étaient encore présents sur le terrain. On s’attendait à un match de feu, dans le bon sens du terme, et on eut un match bien policé, un football bien léché, travaillé, élaboré. Hélas, récurrence depuis le début du tournoi, il aura manqué, d’attaquants sûrs d’eux-mêmes, puissants dans toutes leurs tentatives, efficaces.

Ceux qui étaient sur la pelouse semblaient comme tétanisés à l’approche de la surface de vérité.
Tout avait pourtant magnifiquement commencé avec un but-surprise après seulement 1 minute et 22 secondes. Un corner, une reprise de la tête d’Erwin Nguema, qui sera désigné plus tard Homme du match, une frappe qui jaillit dans le petit filet interne du vétéran et capitaine, Sa Majesté Robert Kidiaba Ier. La forteresse de Mazembe avait sans doute commis une erreur en dégageant en corner un ballon qui ne le menaçait pas. Certes l’acrobatie était belle mais on connaît la suite. 1-0 le match était lancé.

On ne le rattrapa jamais faute de jaillissement sur les buts des deux gardiens, Kidiaba et Bitseki Moto, le Gabonais. Les tits cadrés se comptèrent en tout petit nombre. Les Congolais ratèrent le coche sur une action menée par Patrick Ilongo. A l’entrée de la surface il servait sur sa gauche en position excentrée Firmin Mubele qui remisait aussitôt d’Eddy Ngoyi Emono en retard d’un poil sur cette action finement pensée.

Il y avait plus de spontanéité, plus de vitesse d’exécution, de vivacité mais le ballon semblait scotché entre les deux lignes de 25 mètres. Le jeu se déployait au milieu de terrain, de bonnes passes, du collectif, de la technicité. Mais ce qui clochait, encore et toujours c’était la percussion. Récurrence du 3e CHAN depuis ses débuts. La deuxième période commença par une belle percée de Samson Mbingui seul devant le rempart Kidiaba, il échoua comme naturellement dans les bras du Congolais.

Mais pourquoi n’avait-il pas cherché à contourner son vis-à-vis. En cas de réussite la cage se serait grand ouverte. Le même Mbingui était stoppé par Joël Kimwaki, encore un ancien Léopard, après une bonne ouverture de Bonaventure Sokambi (65e). Kasusula tentait sa chance d’une frappe appuyée, avec effet. Bitseki renvoyait sans hésitation. Les Congolais recherchaient au moins le point du nul mais ne s’en donnaient pas les moyens.

Et Daniel Cousin, l’ancien pro rentré chez lui au FC Sapins. Il avait été sifflé, de manière honteuse, à sa sortie lors du match précédent contre le Burundi. Le 10 rentra seulement à la 88e pour…un petit tour et puis c’est tout. Il y a longtemps que les Panthères avaient fait le nécessaire. Les Gabonais ont désormais 4 points et les Congolais 3.

Enregistrer un commentaire

 
Top