0


A quelques jours du début de la 21è Coupe d’Afrique des Nations (CAN) à Alger, les sélections africaines répètent leurs gammes. Derrière le pays hôte, la Tunisie et l’Egypte, le Sénégal compte bien créer la surprise lors de la compétition continentale. Son sélectionneur français, Franck Bulleux, ne manque pas d’ambitions pour les Lions.

Ancien entraîneur de Bourg de Péage (Nationale 1 féminine), Franck Bulleux a notamment dirigé l’OGC Nice (D2 féminine) et Istres (D1 masculine) durant sa carrière. Il était déjà aux commandes du Sénégal lors de la précédente CAN organisé au Maroc il y a deux ans. Il revient sur la préparation du Sénégal et les ambitions.

La préparation du Sénégal

La préparation se passe bien. Elle se déroule en deux parties: la première au Sénégal à Thies pendant 8 jours, à raison de deux entrainements par jour. L’engagement des joueurs est totale et l’ambiance très bonne. Nous avions 13 expatriés et 7 locaux. A partir de lundi commence à Serris en Seine-et-Marne un deuxième stage de 9 jours jusqu’au commencement de la CAN. 17 joueurs sont convoqués. Au programme, 11 entrainements et 4 matches. Malgré une organisation tardive, la préparation est conforme à mes attentes et aux moyens du Sénégal.

L’objectif du Sénégal à la CAN

L’objectif est de faire mieux qu’à Rabat en 2012, soit resté devant le Gabon, la RDC, le Cameroun et l’Angola, faire mieux contre la Tunisie et l’Egypte (lourdes défaites à Rabat) et finir 4ème (5ème à Rabat) ou mieux, soit se qualifier au Mondial.

L’apport des joueurs évoluant en France

Les joueurs qui évoluent en France forment 80% de l’équipe. Effectivement, leur connaissance du haut-niveau nous fait gagner du temps. C’est aujourd’hui la 4ème campagne que nous faisons ensemble avec la plupart de ces joueurs. Là aussi, c’est un plus.

Qui derrière la Tunisie et l’Egypte à la CAN ?

Vous n’allez pas vous faire que des amis en oubliant nos amis et « cousins » algériens. Ils organisent et ont une sacré équipe, avec des supers joueurs et un super public. J’aime beaucoup les angolais, nos amis camerounais et bien sur la RDC de Ned. Je n’oublie pas les fiers marocains qui avaient montré beaucoup de valeurs d’engagement et d’agressivité à Rabat en 2012. J’ose un tiercé de raison mais surtout du cœur, avec l’Algérie, l’Egypte ou Tunisie, puis le Sénégal, Cameroun, Angola, Maroc ou RDC pour la troisième place. Pour devenir une nation qui puisse rivaliser avec les autres sélections et notamment les pays européens, il nous faudrait un peu d’aide en retour de toute l’aide qu’a donné l’Afrique au handball à travers ses enfants qui abondent nos championnats et nos équipes nationales.

Publier un commentaire

 
Top