0



L'ancien joueur de la Juventus de Turin, 3ème fils du Colonel Mouamar al Khadafi vient d'être extradé vers les géoles infectes libyennes aux mains de Dieu seul sait,  quelle tribu.

Les amoureux du football se disent choqués par cette décision Nigerienne qui s'apparente à la corruption après avoir longtemps protégé ce passionné de football.

Sous surveillance et logé dans une résidence privée dans le quartier de la présidence depuis sa fuite en 2011, Saadi Kadhafi menait une vie confortable à Niamey, au Niger. Tripoli a annoncé ce matin à l’aube qu’il avait été extradé et qu'il était accusé de meurtre et d’implication dans la répression de la révolte de 2011. La descendance de l'ancien dictateur libyen est désormais mal en point. Trois fils ont été tués (Mouatassim, Saïf al-Arab et Khamis), deux sont emprisonnés en Libye (Saïf al-Islam et Saadi). Quant à Mohamed, Hannibal et Aïcha, ils auraient rejoint un temps en Algérie leur mère et leur sœur adoptive Hana, avant de partir, peut-être, pour le sultanat d'Oman. Aujourd’hui nul ne sait où ces derniers membres du clan ont trouvé refuge.

Depuis trois mois, Saadi ne sortait plus dans Niamey. Le pouvoir l’avait rappelé à l’ordre et lui avait interdit de communiquer par Skype avec le noyau actif des kadhafistes qui semblait s’être peu à peu reformé en Libye et dans certains pays voisins. Est-ce devant cette menace que le Niger a pris la décision de l’extrader? Les ministres de l’Intérieur et des Affaires étrangères étaient injoignables en matinée.

Saadi Kadhafi était logé à la villa de l’Entente, une villa hypersécurisée. L'ancien footballeur (il a joué un temps pour le club de Pérouse avant d'être controlé positif lors d'un examen antidopage) et actionnaire de la Juventus de Turin a menépendant trois ans une vie de noceur sous la garde des gendarmes qui ne le quittaient pas des yeux. Beaucoup ici l’ont croisé à moto en ville «au crépuscule».Ou le soir dans les bars de la ville : «Il écumait les boîtes et toujours en excellente compagnie», selon ce témoin qui l’a souvent croisé : «Et toujours avec un noyau arabophone autour de lui.»

Mais depuis fin novembre Saadi n’a plus été vu en ville : « Ce qui ne veut pas dire qu’il s’était racheté une conduite. C’est plus pratique et moins offensant aux yeux de l’opinion publique de faire la fête chez soi que d’être vu à quatre heures du matin sortant en titubant de boîte avec une fille sous chaque bras.»



SAADI KHADAFI était connu du public Congolais, il avait en effet croisé à deux reprises nos léopards en 2003 lors des éliminatoires de la Can 2004 .





Publier un commentaire

 
Top