0
Ce vendredi 06 décembre 2019 jour de la Saint Nicolas, l'as Vita club de Kinshasa a comme prévu, offert un cadeau de 3 points au Raja de Casablanca, nous parlons de cadeau tant cette formation est prévisible, impuissante offensivement et fébrile en défense. Le pessimiste d'avant match manifesté lors de la conférence de presse du coach Florent Ibenge a été confirmé sur le terrain. Vita club va mal et ne relèvera sans doute pas lors des deux prochaines rencontres programmées contre l'Espérance de Tunis grand favori de ce groupe.
Découvrez ci dessous le seul but de la rencontre.

L’AS Vita Club de Kinshasa a été cloué au sol par le Raja Club Athletic de Casablanca sur la note étriquée de 0-1, vendredi au stade des Martyrs de la Pentecôte, à Kinshasa, en match de la 2ème journée du groupe D des 8èmes de finale de la 24ème Ligue des champions de la CAF (Confédération africaine de football).
Dans cette 5ème confrontation entre les deux équipes, Congolais et Marocains ont réaménagé leurs «onze» de départ par rapport à leurs matches de la 1ère journée. L’enjeu étant motivé par le souci de se refaire la santé après le faux pas de la journée d’ouverture de la phase de groupes, respectivement face à la Jeunesse Sportive de la Kabylie (1-0), à Tizi-Ouzou, et l’Espérance de Tunis (0-2), à Casablanca.
C’est dans cette optique qu’ils vont entamer tambour battant la partie, surtout les Dauphins Noirs qui marquent leur omniprésence dans la possession du ballon. Ils réussissent ainsi à bloquer les Rajawis au jeu regroupé, avant de procéder par des contres. C’est ainsi que les visiteurs, par l’attaquant Alida Haddad (38ème), sur une balle de contre, cherchent à semer la défense des locaux, mais sans succès.
Les vert et noir, dominateurs dans le jeu, peinent cependant à développer des actions vraiment dangereuses. Ils vont se limiter à assurer le spectacle, et pourtant l’ambition de l’équipe telle qu’elle a été exprimée par le coach Jean Florent Ibenge, lors de la conférence d’avant-match, est la victoire.
La «bande» au capitaine Yannick Bangala, comme lors de sa précédente sortie, ne parvient pas aussi à inquiéter par des occasions franches les coéquipiers du capitaine Morsy. Au contraire, ce sont ces derniers qui s’offrent quelques assauts à donner des sueurs, les mettant en confiance jusqu’à la pause.
A la reprise, l’entraîneur Jean-Florent Ibenge lance Rossein Tuisila dans l’option d’alimenter l’attaque par sa percussion en rappelant sur le banc Jérémie Mumbere, pas vraiment remis de sa blessure. Une option qui semble marcher, d’autant plus que les Kinois deviennent très entreprenants.
C’est dans cette recherche d’ascendant sur le jeu que, contre toute attente, les Véclubiens sont pris au dépourvu par Soufiane Rahimi (48ème) d’une frappe fumante à l’orée du grand rectangle : 0-1.
Un petit peu tétanisés, les protégés du coach Ibenge tentent  tout de même de relever la tête. L’avant centre Kalala Mayele (58ème) prend la place du troisième demi Merveille Kikasa et le demi aile Zacharia Mumuni (76ème), également convalescent, celle de Zemanga Soze.
Effectivement, ils multiplient des incursions mais, sans discernement, aller au bout de leurs idées semble difficile à réaliser. Ils persistent d’ailleurs par des mouvements orientés dans l’axe où, pourtant, bon nombre d’éléments du Raja sont grands de taille. Les joueurs de l’entraîneur Jamal Salami jouent plus regroupés en abandonnant quasiment le ballon à leurs adversaires.
Plus décontractés mais concentrés, les «Rajawis» paraissent se balader en parvenant de temps en temps à inquiéter la ligne arrière des vert et noir kinois. Un aveu d’impuissance s’observe chez ces derniers par manque de précision dans les gestes lorsqu’ils repassent à l’abordage. La domination territoriale est brouillonne, au grand bonheur des visiteurs qui remontent au classement du groupe D, a avec 3 points. 

Enregistrer un commentaire

 
Top